Le Blogue d'Alain Mailhot

Webmaster passionné du web, adepte de la croissance personnelle et cheminement.

lundi 18 décembre 2006

Je rêve d'un Noël...

noelNoël devrait être la fête la plus joyeuse de l'année. Et pourtant...

Depuis ma plus tendre enfance, Noël a toujours été un événement où s'entremêlent la joie et la mélancolie, sans doute à cause du milieu familial, mais je suis certain qu'aujourd'hui cela pourrait être autrement.

Je rêve d'un Noël où il n'y aurait plus de magasinage de cadeaux, de partys de bureau ni de multiples décorations artificielles pour épater  les voisins.

Je rêve d'un Noël où primerait le partage, l'entraide et la bonne humeur. Les cadeaux seraient du temps que l'on accorde à ceux qu'on aime, ou à ceux qui ont besoin d'aide, ou une manifestation d'amour, de compassion. Profiter de cet événement pour partager,  pardonner, donner, aider.

Pour ça, on doit cesser de consommer, acheter toutes sortes de trucs qui de toute façon finiront par retourner au dépotoir plus tôt qu'on pense. Car aujourd'hui on consomme et on jette rapidement.

Joyeux Noël!

Posté par Alain Mailhot à 23:08 - Opinion - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est bien, mais...

    il me semble que vous oubliez un détail... de taille, M. Mailhot : Noêl, n'est-ce pas d'abord et avant tout une fête pour les enfants? Où sont-ils dans vos commentaires sur Noël? Quand vous étiez enfant, M. Mailhot, vous dites que Noël était empreint de joie et de mélancolie. N'associez-vous pas alors la joie au déballage de ces cadeaux et au plaisir de les étrenner? Vous seriez prêt aujourd'hui à priver les enfants de cette joie?

    Posté par Marc Thériault, mercredi 20 décembre 2006 à 20:06
  • Bien sûr, il y a les enfants

    Bien sûr il y a les enfants et c'est pour cette raison que je me concentre aujourd'hui sur le Noël de mes petits-fils. Ce qui me désole cependant, c'est que pour eux, Noël c'est les cadeaux et beaucoup de cadeaux. Rien d'autre, parce que nous les adultes on se démène pour leur acheter beaucoup de cadeaux (mais ce n'est pas mon cas). La messe de minuit est en voie de disparition. Qui de nos jeunes saurait nous chanter un cantique de Noël? Si vous en trouvez un, c,est qu'il est membre de la chorale paroissiale.

    Posté par Alain Mailhot, mercredi 20 décembre 2006 à 21:52
  • Une nouvelle ère

    C'est vrai, M. Mailhot, les cadeaux ont pris beacoup d'importance aujourd'hui, la faute sans doute à notre rythme de vie, dans lequel les deux parents travaillent fort à l'extérieur de la maison et n'ont plus autant de temps pour préparer un "vrai" Noêl.

    La messe de minuit est en voie de disparition? Tant mieux, je vous dis, car je la trouvais fort ennuyante quand j'étais jeune. On n'a pas besoin de la religion pour entendre les cantiques de Noêl, toute vedette qui se respecte (en commençant par Céline Dion) a son CD de Noêl. Ce n'est pas pareil, direz-vous? Peut-être, quand on est croyant (vous faites partie d'une minorité de plus en plus réduite, et pour cause, n'oubliez pas), mais lorsqu'on n'y croit pas à ce rituel païen, la messe de minuit s'éternise.

    Les bons souvenirs que je garde des Noël de mon enfance, ce ne sont pas les messes de minuit, mais plutôt le déballage des cadeaux, bien sûr, les jeux en pyjama avec les cousins et les cousines et leur complicité au moment d'aller au lit la veille de Noël, les activités dans la neige, les réunions autour de la table, qui croulait sous le poids de la grosse dinde farcie, des "patates pilées", des légumes, des sauces, des atacas, des fruits et surtout des nombreux desserts et enfin l'harmonie familiale (mis à part l'éternel oncle qui ne peut s'empêcher de se saouler et de perdre le contrôle), c'est-à-dire la joie de vivre et d'être ensemble.

    Oui, je vous dis, pas la faute à notre absence de plus en plus fréquente à la messe de minuit, mais plutôt au manque de temps, au rythme effrené de la vie... et OUI, aux jeux vidéo et à Internet, qui nous ont fait entrer, vous y compris, dans une nouvelle ère, pour le meilleur ou pour le pire.

    Posté par Marc Thériault, mercredi 27 décembre 2006 à 23:04

Poster un commentaire